AvertissementCette information est archivée à des fins de consultation ou de recherche.

Information archive dans le Web

Information identifie comme tant archive dans le Web des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle na pas t modifie ni mise jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archives dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformment la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous dautres formes. Ses coordonnes figurent la page  Contactez-nous 

Opérations en cours

La toile: Battle of Queenston Heights

Library and Archives Canada C-000273-LAC

La bataille de Queenston Heights pendant la guerre de 1812-1814, qui représente le recours considérable aux « irréguliers ». 

La guerre non conventionnelle : le chaînon manquant dans les futures opérations terrestres

par Tony Balasevicius

Imprimer PDF

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.

Introduction

Depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles du World Trade Center, à New York et contre le Pentagone, à Washington, les forces militaires du Canada sont de plus en plus appelées à se déployer dans des environnements opérationnels complexes, où elles doivent se mesurer à des adversaires dotés d’une grande capacité d’adaptation et cherchant à déstabiliser la société avec toutes sortes de moyens asymétriques. Pour Steven Metz, chercheur et directeur du Département de la planification et de la stratégie régionale, qui a étudié ce nouveau paradigme de sécurité, les soulèvements ne sont pas « des conflits discrets entre des insurgés et un régime établi, mais des confrontations complexes et multidimensionnelles à caractère politique, social, culturel et économique. » Il ajoute que « dans un sens plus général, les soulèvements modernes résultent des échecs systémiques dans les domaines politique, économique et social. Ils ne découlent pas seulement des échecs et des faiblesses de l’État, mais des lacunes de l’ensemble des systèmes culturel, social et économique1

Les Forces canadiennes sont conscientes depuis longtemps de la nature multidimensionnelle de cet environnement de sécurité et ont élaboré, au cours des dernières années, un nouveau concept opérationnel afin d’aider l’armée de demain à mieux faire face à cette complexité2. Ce projet a récemment été rendu public, avec l’approbation du chef d’état-major de la Défense, sous le titre Opérations terrestres 2021 : Opérations adaptables et dispersées. Même si le projet n’est pas finalisé, il est évident que certaines questions devront être résolues avant qu’il ne quitte la sphère de la théorie et ne se traduise concrètement par une doctrine opérationnelle3.

Paradoxalement, l’adaptabilité est le talon d’Achille des opérations adaptables et dispersées. Dans sa forme actuelle, le projet porte exclusivement sur les menaces asymétriques et repose principalement sur une méthodologie anti-insurrectionnelle. Cela signifie qu’il est structurellement impossible de passer des opérations dispersées à des opérations conventionnelles sans sacrifier le pouvoir de combat des unes ou des autres. À cet égard, bien que le projet réponde aux exigences actuelles en matière de sécurité, les opérations conventionnelles étant peu probables, son adaptabilité en cas de changements imprévus laisse à désirer. 

Pour combler cette lacune, il faut aborder la guerre moderne d’un point de vue plus futuriste et universel en donnant à l’armée une structure plus polyvalente et en mettant au point un concept d’opérations englobant un plus large éventail de menaces. Pour ce faire, il suffirait d’intégrer une composante de guerre non conventionnelle au concept d’opérations adaptables et dispersées. Le présent article porte sur la manière dont l’armée envisage les futures opérations terrestres et aborde certaines questions épineuses. Il examine la possibilité de résoudre partiellement ces questions en faisant de la guerre non conventionnelle une composante des opérations adaptables et dispersées. Finalement, il relève au chapitre de l’instruction et de l’organisation des difficultés qu’il faudra surmonter pour acquérir une telle capacité. 

La couverture : Land Operations 2021

DND photo

Les opérations adaptables et dispersées 

Malgré ses lacunes, Opérations terrestres 2021 est un document avant-gardiste qui tient compte de l’instabilité du contexte de sécurité actuel et de la nécessité de former des forces « plus véloces, [...] plus polyvalentes et plus aptes à participer à toutes sortes d’opérations4 » qu’elles ne le sont actuellement. Le document souligne que, pour tirer parti des possibilités d’espaces de combat, les forces de demain devront pouvoir « se disperser en fonction du temps, de l’espace et de leur but dans absolument tout l’espace de combat5 ». La réalisation de ce projet global reposera toujours sur la guerre de manœuvres et sur une approche basée sur les effets, ce qui permettra aux commandants de maîtriser la cadence des opérations et de confondre rapidement l’ennemi. 

Pour que l’espace de combat soit aussi saturé, il faut des opérations « coordonnées, interdépendantes et très diversifiées, menées par des équipes très dispersées dans l’espace de combat moral, physique et informationnel6 ». L’invasion du Panama par les Américains (Opération Just Cause) en décembre 1989 a prouvé la justesse de cette théorie. Cette théorie semble aussi être applicable aux opérations des forces de la coalition en Afghanistan. Cela dit, elle n’est pas sans faille. 

Les opérations adaptables et dispersées exigent une combinaison adéquate d’intervenants en nombre suffisant pour créer la synergie recherchée, ce qui pose problème. Essentiellement, le fait de ne pas fournir exactement ce qui est requis, le nombre d’effectifs pour une opération, par exemple, pourrait avoir un effet sur les résultats opérationnels7. Cela s’applique particulièrement au cas des facilitateurs de haute technologie qui, avec le temps, pourraient ne pas pouvoir faire ce qui était prévu. Mais surtout, la théorie, telle qu’elle s’applique aux forces occidentales, n’a pas encore été mise à l’épreuve contre un ennemi averti disposant d’une grande armée bien organisée. 

Il importe de tenir compte de ce facteur car, en dispersant des forces pour leur faire mener de nombreuses opérations simultanées dans l’espace de combat, on déroge au principe de « concrétion des forces » et on rend ces forces vulnérables à des menaces plus massives8. Au reste, les auteurs de Opérations terrestres 2021 reconnaissent cette faiblesse et notent que, dans certaines situations, les forces devraient se regrouper afin de mener des opérations de concert9

Une telle éventualité pose un énorme problème si les forces doivent contrer longtemps une menace et ne peuvent être à nouveau dispersées. Dans ce cas, la dispersion envisagée dans le cadre des opérations adaptables et dispersées aurait beaucoup en commun avec les opérations conventionnelles actuelles et l’on risquerait de perdre les avantages apportés par l’application de la théorie. Pour résoudre ce problème, les doctrines et les organisations de l’avenir devront donner aux forces la possibilité de mener en même temps des opérations dispersées et conventionnelles sans avoir à réduire la puissance de combat de l’une pour renforcer celle de l’autre. De plus, le nombre des effectifs étant limité, il faudra pouvoir mener ces opérations simultanées avec sensiblement les mêmes effectifs que ceux dont nous disposons actuellement. 

Un tel objectif pourrait être atteint en mettant au point un concept sous-jacent et en acquérant la capacité de mener des opérations adaptables et dispersées. Une solution consisterait à jumeler des unités conventionnelles et des forces irrégulières pour créer une structure holistique dans le cadre de laquelle les intervenants suivraient une doctrine commune et souple. Il est intéressant de noter que le jumelage de forces conventionnelles et irrégulières n’a rien de nouveau. Parfois appelée guerre combinée, cette approche a très souvent été efficace au cours de l’histoire10.

La guerre combinée 

On peut définir la guerre combinée comme l’utilisation simultanée de forces conventionnelles et irrégulières contre un ennemi11. Selon Thomas Huber, éditeur de Compound Warfare: That Fatal Knot, ces forces sont très complémentaires; les forces irrégulières peuvent procurer de nets avantages aux forces régulières, en créant par exemple un excellent service de renseignement et en rendant inopérant celui de l’ennemi. Ces forces peuvent également acheminer de l’approvisionnement et faire passer rapidement des troupes dans le territoire qu’elles occupent, tout en empêchant l’ennemi de profiter des mêmes avantages12. Huber croit également que les forces régulières peuvent être fort utiles aux forces irrégulières. Elles peuvent, par exemple, forcer l’ennemi à se retirer du théâtre d’opérations des forces irrégulières, ce qui facilite la liberté d’action, et « [l]a force principale peut fournir aux partisans des renseignements stratégiques sur le lieu et le moment où ils doivent intervenir afin de contribuer au succès des opérations globales13

D’un point de vue historique, la thèse de Huber semble juste, maints exemples illustrant le recours à diverses formes de guerre combinée. Parmi les cas les plus connus, citons l’utilisation de forces irrégulières par Wellington en Espagne (de 1808 à 1814), par Mao Zedong pendant la révolution chinoise (de 1927 à 1949) et par Ho Chi Minh durant la guerre d’indépendance du Vietnam (de 1945 à 1975)14. La guerre combinée fait également partie des tactiques militaires de l’histoire du Canada. Pendant la majeure partie des XVIIIe et XIXe siècles, les Anglais et les Français ont intégré des unités conventionnelles et des milices à des forces irrégulières (des alliés amérindiens par exemple)15

Il se trouve que les milices canadiennes-françaises ont adapté ces tactiques aux conditions de combat dans les régions reculées de l’Amérique du Nord plus rapidement que les troupes britanniques, ce qui leur a donné un net avantage tactique. Les Britanniques ont finalement compris qu’ils pouvaient contrer cette forme très efficace de combat en adoptant des tactiques semblables16. Michael Pearlman, professeur agrégé d’histoire au United States Army Command and General Staff College, remarque : « les Britanniques n’ont pas bêtement copié les Français. Ils ont adapté les opérations irrégulières [...] en remplaçant les Rangers par des auxiliaires amérindiens, puis les Rangers américains par des divisions d’infanterie légère, plus fiables17. Après avoir acquis la capacité de mener une guerre irrégulière, les Britanniques l’ont utilisée efficacement contre leur ennemi et ont même exploité cette méthode sur les champs de bataille espagnols, où ils ont infligé une cuisante défaite à une force française nettement supérieure!

Le nombre de forces irrégulières à avoir intégré les rangs de l’armée de Wellington lors de la campagne d’Espagne donne une idée de l’efficacité de la guerre combinée. Huber écrit : « au plus fort de sa présence en Espagne en 1810, la France disposait de 320 000 soldats et [...] a perdu 240 000 hommes au cours de la campagne qui a duré six ans. Sur ce nombre, 45 000 ont été tués par des forces conventionnelles, 50 000 sont morts de maladie et d’accident, et 145 000 sont tombés sous le feu des forces partisanes. » En comparaison, il estime que « l’armée de Wellington ne comprenait au plus fort de la campagne qu’environ 40 000 hommes, auxquels s’ajoutait une force portugaise d’environ 25 000 hommes. Bien qu’ils aient eu des forces quatre fois plus nombreuses, les Français n’ont remporté aucun succès notable, et encore moins de victoire, durant la campagne d’Espagne, ce qui est incroyable18

La synergie dérivée de la combinaison d’opérations régulières et irrégulières sur le plan tactique et opérationnel contribue grandement à l’efficacité de la guerre combinée, surtout si de petites unités doivent intervenir dans de vastes zones et sur des terrains difficiles. Bien menées, ces opérations pourraient accroître considérablement la souplesse et l’efficacité de la prochaine doctrine canadienne en matière de combat19. Toutefois, si un tel concept était intégré aux opérations adaptables et dispersées, il faudrait se doter des moyens de rassembler, de former et d’employer des forces irrégulières dans le cadre du plan de campagne global de l’armée de terre. Une solution simple consisterait à utiliser des forces d’opérations spéciales formées à la guerre non conventionnelle20

L’équipe Jedburgh

Defensemil_HD-SN-99-02696

L’équipe Jedburgh en planification.

Le contexte historique de la guerre non conventionnelle 

En termes simples, la guerre non conventionnelle est la capacité de rassembler, de former, d’équiper, de conseiller et d’aider des forces indigènes et auxiliaires afin de leur faire mener des opérations militaires et paramilitaires. Selon le document américain Joint Special Operations Joint Publication 3-0517, elle comprend « un large éventail d’opérations militaires et paramilitaires, normalement de longue durée, généralement dirigées par ou avec des forces indigènes ou auxiliaires rassemblées, formées, équipées, aidées et commandées à divers degrés par une source externe »21. Par ailleurs, elle présente une particularité « dans la mesure où les opérations spéciales peuvent être menées dans le théâtre géographique d’une campagne ou dans le cadre d’une campagne secondaire indépendante. Dans ce dernier cas, les opérations spéciales visent avant tout des objectifs politico-militaires et psychologiques22. »

Si le concept de guerre non conventionnelle n’a pas été introduit par les forces armées, c’est en partie parce que les commandants conformistes ne l’ont ni accepté ni compris. Malgré ce manque d’intérêt de la part des militaires, les gouvernements américain et britannique ont consacré des ressources considérables à des activités non conventionnelles au cours de la Seconde Guerre mondiale : le Bureau des opérations spéciales de Grande-Bretagne et le Bureau des services stratégiques des États-Unis ont été spécialement créés pour coordonner les activités secrètes dans les pays occupés d’Europe et d’Asie. Ces activités comprenaient l’insertion d’équipes entraînées pour aider et coordonner les mouvements de résistance23. C’est dans cette optique qu’ont été créées les équipes de liaison de trois hommes, désignées sous le nom de « Jedburgh ». Composées d’un officier britannique ou américain, d’un officier français et d’un opérateur radio, ces équipes étaient envoyées dans les secteurs où les mouvements de résistance disposaient, on le savait, d’un arsenal suffisant pour équiper une centaine d’hommes24. Une fois sur place, elles prenaient contact avec les autorités locales ou avec toute autre organisation alliée afin de distribuer les armes et de coordonner les offensives locales. Ce faisant, elles tentaient de persuader les chefs de la résistance de sélectionner judicieusement leurs attaques. Selon l’historien Denis Rigden : « Pour que leurs conseils portent leurs fruits, les agents devaient être d’habiles négociateurs, capables d’inciter les groupes de résistance à attaquer ou à attendre »25. Rigden ajoute que quand « les résistants se lançaient seuls dans des opérations, les résultats n’avaient d’ordinaire que peu ou pas d’importance du point de vue militaire et, souvent, des représailles terribles contre la population civile s’ensuivaient. Connaissant les risques de toute action téméraire de guérilla, les agents du Bureau des opérations spéciales s’efforçaient de faire en sorte que les opérations des forces irrégulières s’harmonisent aux objectifs stratégiques des chefs alliés26 ».

Aux États-Unis, le général William J. Donovan, commandant en chef du Bureau des services stratégiques, pensait que son pays fournissait aux Alliés un réservoir de recrues dotées des aptitudes linguistiques et culturelles nécessaires pour participer à la guerre non conventionnelle, et que, une fois adéquatement entraînées, les recrues pouvaient infiltrer les territoires ciblés. Par nécessité, l’entraînement auquel les Américains soumettaient leurs troupes s’inspirait du modèle du Bureau des opérations spéciales. Au fil du temps, les Américains ont toutefois conçu des idées novatrices pour la sélection, la formation et les missions des forces de guerre non conventionnelle27. Outre les équipes Jedburgh, le Bureau des services stratégiques a créé et utilisé efficacement les groupes opérationnels.

Les groupes opérationnels étaient d’un genre à part. Ils se déployaient quand une mission exigeait des techniques plus diversifiées que celles des équipes Jedburgh. En règle générale, ils comptaient de 15 à 30 hommes, y compris deux spécialistes, soit un technicien médical et un opérateur radio28. Ces groupes étaient entraînés et composés pour agir seuls ou pour collaborer avec des équipes Jedburgh ou des forces de résistance. Ils se livraient à toutes sortes d’activités : tendre des embuscades à des colonnes ennemies, couper des lignes de transmission, faire exploser des voies ferrées ou des ponts, approvisionner des groupes de résistance, etc.. Selon Patrick O’Donnell, historien et expert en espionnage et en opérations spéciales pendant la Seconde Guerre mondiale : « Un groupe opérationnel typique était décrit comme un petit groupe autonome composé d’hommes capables de survivre et de combattre à la manière des guérilleros29 ».

La réussite du Bureau des services stratégiques au cours de la guerre a prouvé l’efficacité du concept de guerre non conventionnelle. Le Bureau a aussi donné aux forces d’opérations spéciales une mission bien précise. Des analyses d’après-guerre ont permis de préciser davantage certaines choses, les membres des groupes opérationnels ayant observé que leur entraînement intensif avait fait ses preuves, mais que certains changements s’imposaient. Il aurait fallu notamment accorder une plus grande place au maniement et à l’entretien de l’armement et des véhicules étrangers, à diverses méthodes d’instruction, aux nomenclatures militaires françaises ainsi qu’à l’entretien et à la réparation des radios30. Les équipes avaient appris que, pour pouvoir rester derrière les lignes ennemies pendant de longues périodes, elles devaient être très versées dans des disciplines essentielles, comme les techniques de transmission, les procédures médicales, la connaissance de l’armement ainsi que l’entretien et la réparation des véhicules et du matériel31

L’équipe Jedburgh

Defensemil_HD-SN-99-02697

L’équipe Jedburgh sur le point de s’aventurer sous les feux du combat.

L’utilisation de la capacité à mener une guerre non conventionnelle 

Le Bureau des services stratégiques a été dissous à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et la majorité de ses activités opérationnelles de renseignement a été confiée à la CIA (Central Intelligence Agency), nouvellement formée. Au début, l’armée américaine ne voyait aucune raison de se doter de la capacité de mener une guerre non conventionnelle. Toutefois, étant donné la menace croissante que représentait l’Union soviétique, elle a pris à contrecœur la décision de former le 10e Groupe des forces spéciales (les bérets verts) en 1952. Dès le début, ce groupe a eu pour mission principale de mener des combats de partisans derrière les lignes de l’armée soviétique en cas d’invasion de l’Europe occidentale32. Les détachements opérationnels des forces spéciales mises en place en 1952 présentaient une organisation semblable à celles des groupes opérationnels déployés en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Des changements ont été apportés après la guerre, à la suite de nombreuses recommandations33

Un détachement opérationnel type se composait de 15 hommes, soit « [un] commandant de détachement, un second et 13 soldats. En principe, il pouvait structurer, aider et commander une unité de partisans de la taille d’un régiment. Les spécialités fonctionnelles requises pour cette mission comprenaient les soins médicaux, les communications, l’armement, les opérations et le renseignement34 ». Au cours de la guerre du Vietnam (de 1959 à 1975), les Américains ont eu l’occasion de mettre à l’épreuve et de raffiner ce procédé, les bérets verts s’étant vu confier la mission d’employer des troupes indigènes en utilisant des techniques de petite guerre semblables à celles de l’ennemi35. En fait, pendant la majeure partie de la guerre, « le 5e groupe des forces spéciales a entraîné et commandé des maquis connus sous le nom de Civilian Irregular Defense Group, composés de forces de frappe mobiles (les forces « Mike ») et de compagnies de reconnaissance formées de minorités ethniques des régions montagneuses et frontalières36. » Ces forces ont mené des opérations de reconnaissance le long des zones frontalières et protégé leurs bases principales. L’objectif de ces maquis était d’accroître les activités anti-insurrectionnelles en assurant la sécurité de la plupart des régions montagneuses et éloignées du delta du Mékong habitées par des minorités tribales, afin de bloquer l’infiltration des Viêt-cong37.

La prise de contrôle de la région a permis aux Américains de mettre en place un système « d’observateurs indigènes chargés de détecter et de signaler les mouvements des Viêt-cong près de la frontière. Ce programme d’observation a joué un rôle majeur, car il a été le précurseur du programme de surveillance frontalière, qui a conjugué le développement régional et la surveillance frontalière pour former un des éléments les plus importants du programme des maquis38. » Avec le temps, ces forces ont acquis une capacité de frappe et, dès 1964, elles ont commencé à mener des opérations contre les zones protégées par les Viêt-cong et à bloquer les voies d’infiltration au Vietnam. En 1965, les opérations étaient devenues des missions de recherche et de destruction plus brutales, menées par de plus grandes forces39. D’autres types de maquis comprenaient des équipes de partisans mobiles, qui attaquaient les bases ennemies en menant des raids éclair contre des unités régulières. 

Au total, 2 500 soldats des forces spéciales ont recruté, entraîné et commandé une armée de 50 000 combattants tribaux qui a mené des opérations dans certaines des régions les plus dangereuses du Vietnam. Ces combattants patrouillaient dans les zones frontalières, fournissaient des renseignements et créaient une force de sécurité dans des régions qui, autrement, seraient tombées sous le contrôle de l’ennemi40

L’adaptabilité de la capacité de guerre non conventionnelle est toujours nécessaire dans le contexte opérationnel actuel. En fait, après les attaques du 11 septembre, les forces d’opérations spéciales ont joué un rôle de plus en plus important dans les opérations militaires du monde entier. Comme c’est le cas en Afghanistan, elles ont montré qu’elles peuvent s’adapter rapidement à de nouvelles situations. Avec à peine 300 soldats sur le terrain, elles sont parvenues à rallier des groupes non organisés ou rivaux qui s’opposaient aux talibans et à former l’Alliance du Nord, qui a vaincu les forces des talibans. Ces opérations bien planifiées comprenaient des campagnes de bombardement intense et précis à l’aide de matériel de pointe géré par des soldats des forces d’opérations spéciales. Ces opérations ont été remarquablement efficaces, mais leur rapidité est encore plus impressionnante : Kandahar est tombée seulement 49 jours après que les forces spéciales ont commencé à participer directement aux opérations41

Vietnam-États-Unis conseiller de la guerre

Associated Press AP 62070404

Conseiller de guerre vietnamien aux Etats-Unis.

La formation requise pour la guerre non conventionnelle

Afin de répondre aux exigences particulières de l’entraînement et du commandement des forces irrégulières en opérations, et d’être aussi efficaces et d’obtenir d’aussi bons résultats que les maquis et les éléments de l’Alliance du Nord au début de la mission en Afghanistan, les spécialistes en guerre non conventionnelle doivent suivre un programme organisationnel et d’entraînement particulier. Sur le plan organisationnel, une compagnie de guerre non conventionnelle se compose de nos jours de six détachements Alfa de douze hommes42. Chaque détachement comprend un capitaine, un commandant adjoint (un adjudant) et dix sous-officiers spécialisés dans l’un des cinq domaines fonctionnels suivants : armement; génie; soins médicaux; communications; opérations et renseignement43. L’entraînement de ces détachements est considérable; il comporte diverses phases : compétences individuelles, qualification de groupe professionnel militaire, formation collective, formation linguistique ainsi qu’instruction de survie et d’évasion44

Initialement, les candidats suivent un programme d’acquisition de compétences comprenant la navigation terrestre (tous terrains), l’adresse au tir, les opérations militaires en zones urbaines, les tactiques pour petites unités, la planification des missions, les exercices de tir réel et des patrouilles45. Le général Carl Stiner, ancien commandant du Commandement des forces d’opérations spéciales (SOFCOM), résume l’essentiel de cette instruction : 

« On dispensait à chaque membre du détachement A l’enseignement suivant : l’adresse au tir avec l’arme personnelle (pistolet) et la carabine M16, et l’utilisation des autres armes comme le fusil AK-47 [...] Pour les grosses armes, comme les mortiers et les mitrailleuses, il fallait savoir les installer et les utiliser correctement [...] Chaque soldat suivait une formation en matière d’explosifs [...] S’il n’avait pas d’explosif, on lui apprenait à obtenir localement les éléments nécessaires pour en fabriquer. Chaque soldat suivait une formation en communication [...] [et] apprenait à se servir de tous les types d’appareils de communications qui étaient utilisés. Il suivait une formation poussée en premiers secours [...] [et] apprenait à créer des réseaux de renseignements et d’évasion, à mener des opérations de réapprovisionnement la nuit, à aménager un terrain d’atterrissage et à guider les aéronefs, et à préparer les zones de largage46. »

La première phase d’instruction dure environ 65 jours, puis les soldats passent à l’apprentissage de ce qu’on appelle les spécialités opérationnelles. Selon des sources non confidentielles, chaque membre de l’équipe suit une formation dans différentes spécialités, à commencer par le commandant du détachement. L’instruction pour le poste de commandant est axée sur les qualités et les connaissances requises pour « commander et employer les autres membres du détachement47 ». Le deuxième poste spécialisé de l’équipe est celui du sergent d’armement dont l’instruction porte sur « les tactiques, l’utilisation des armes antiblindées, le fonctionnement de tous les autres types d’armes légères américaines et étrangères, les opérations de tir indirect, les armes antiaériennes portables, l’emplacement des armes ainsi que sur la planification du contrôle interarmes48 ». 

La formation du sergent du génie porte sur les « techniques de construction, les fortifications de campagne et l’utilisation des explosifs ». Celle du sergent infirmier porte sur « les méthodes médicales avancées, dont le traitement des traumatismes et les interventions chirurgicales49 ». Enfin, celle du sergent des communications comprend l’installation et l’utilisation des appareils de communications haute fréquence et par rafales, la théorie des antennes, la propagation des ondes radio ainsi que les procédures et les techniques de communication50. La sélection des candidats pour les spécialités dépend de divers facteurs comme les antécédents, l’aptitude et l’intérêt de la personne ainsi que les besoins de l’organisation51

À la fin de la formation spécialisée, les soldats sont regroupés pour une formation collective et une phase finale de confirmation, qui dure environ 38 jours. Au cours de cette période, ils apprennent à acquérir les compétences courantes nécessaires pour maîtriser les techniques de combat dans une guerre non conventionnelle52. Le dernier exercice de cette phase, « Robin Sage », conjugue tout ce qui a été enseigné jusque-là. Les soldats, groupés en détachements fictifs, se déploient dans un pays fictif, où ils doivent former des groupes de partisans avec les habitants. 

Après la phase de formation collective, les soldats doivent fréquenter l’École de langues des forces spéciales de la Special Operations Academic Facility, à Fort Bragg, en Caroline du Nord. Cette phase peut prendre de six mois à un an53. On ne saurait surestimer l’importance de la formation linguistique pour les spécialistes en guerre non conventionnelle; les avantages de parler la langue du pays ont été manifestes lors du déploiement des équipes Jedburg et des groupes opérationnels dans les territoires occupés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les soldats reçoivent également une formation culturelle approfondie afin qu’ils connaissent les coutumes de la population locale et ne s’aliènent pas les gens qu’ils viennent aider54.

Pour demeurer derrière les lignes ennemies pendant de longues périodes, les soldats doivent survivre dans un environnement hostile et ne pas être pris par les forces militaires locales ou les autres autorités. Selon le capitaine Shaw, ancien officier du Long Range Desert Group, « survivre dans la dépression du Qatar ou dans la mer de sable en juin ou encore dans le Gebel Akhdar en février est une science qui, sur le terrain, devient un art. Il faut apprendre à affronter chaque jour des conditions extrêmes (chaleur, soif, froid, pluie et fatigue) tout en conservant l’énergie physique et la résistance mentale nécessaires pour atteindre l’objectif ultime : gagner la guerre55 ». 

Aux États-Unis, ce type de conditionnement s’acquiert lors des phases de formation et est renforcé pendant le cours de survie, d’évasion, de résistance et de fuite. Ce cours d’une durée de 19 jours se donne au Camp MacKall en Caroline du Nord. Il enseigne les techniques de survie, d’évasion, de résistance et de fuite, et apprend aux soldats à survivre s’ils sont séparés de leur unité. Les participants apprennent également à se nourrir avec ce qu’il y a dans la nature, à échapper à une force hostile et à rejoindre les forces alliées, et à éviter d’être capturés.

Si des soldats sont capturés, leur formation les prépare à résister aux manœuvres des ennemis pour se servir d’eux et à s’évader. Les cours peuvent comporter des présentations d’anciens prisonniers de guerre relatant leurs expériences et expliquant comment ils ont survécu à l’épreuve. Un exercice final clôture le cours56. Une fois toutes les phases terminées, les soldats sont affectés à leurs unités ou, selon les exigences particulières de celles-ci, ils suivront parfois une formation supplémentaire. Quel que soit le cas, à ce stade-là, ils sont considérés comme des spécialistes de la guerre non conventionnelle.

COMFOSCAN

DND photo

Armoiries du COMFOSCAN

Le Canada et l’acquisition de la capacité à mener une guerre non conventionnelle

Bien qu’on ait maintenant la preuve que la guerre non conventionnelle est une capacité polyvalente sur le plan opérationnel, pour bien l’intégrer aux opérations adaptables et dispersées, il faudrait l’exploiter dans le cadre de la guerre combinée. Cela signifie que les activités opérationnelles seraient axées sur la création ou le maintien d’un cadre général d’opérations dispersées, autour desquelles interviendraient les forces conventionnelles. Cependant, pour que la guerre non conventionnelle soit réellement efficace, il faut aussi fournir continuellement un soutien tactique aux forces conventionnelles qui sont dans le théâtre d’opérations. Un tel changement pourrait modifier considérablement les rapports qui ont toujours existé entre les forces d’opérations spéciales, les forces irrégulières et les forces conventionnelles. Une fois ces questions résolues, on pourrait combiner différemment les forces non conventionnelle et conventionnelles, en fonction des situations. C’est cette souplesse qui fait la force de la guerre combinée. 

Le pays doit-il se doter de la capacité à mener une guerre non conventionnelle? Il s’agit d’une question actuellement très controversée au sein des forces spéciales américaines. Or cette controverse risque d’influencer la réponse du Canada lorsque cette question se posera pour lui. Bien qu’il possède une des meilleures et des plus polyvalentes forces d’opérations spéciales en Occident, le Commandement américain des opérations spéciales (USSOCOM) semble mener presque exclusivement des missions d’action directe destinées à capturer ou à tuer les terroristes et leurs chefs. Cela, notons-le, fait partie intégrante de la doctrine Capstone Concept for Special Operations 2006, selon laquelle, « même si l’USSOCOM doit impérativement mener des opérations d’action directe chirurgicales à l’échelle régionale et mondiale, les forces d’opérations spéciales interarmées doivent être en mesure de maintenir une présence continuelle avec [...]57 ».

La priorité donnée aux actions directes a été très critiquée et n’a pas nécessairement donné les résultats escomptés. Les auteurs d’une thèse de la Naval Postgraduate School de Monterey, en Californie, Steven Basilici et Jeremy Simmons, pensent que « après le départ des talibans, l’armée a pu donner aux équipes d’opérations spéciales l’ordre de “capturer ou de tuer” des cibles dites de grande importance. Ils poursuivent : « Les militaires n’ont pas compris la situation, après la chute des talibans. Au lieu d’adopter des solutions basées sur la dynamique du conflit, ils ont préféré poursuivre les opérations de contre-force au détriment des opérations indigènes58. »

Max Boot, un chercheur expert en guerre contemporaine, décrit ainsi les résultats de ces mesures : « quoique cette stratégie soit parfois payante, comme dans le cas de la capture de Saddam Hussein et de l’assassinat d’Abu Musab al-Zarqawi, [...] pour les grands mouvements terroristes décentralisés, l’immobilisation de chefs ennemis ne constitue qu’un revers temporaire. Selon lui, pour obtenir de bons résultats dans le contexte opérationnel actuel, il faut donner plus d’importance aux « tâches plus difficiles et moins prestigieuses : apporter la sécurité, favoriser le développement économique et politique et diffuser les nouvelles susceptibles de rallier la population, par exemple59. » Comme il le souligne à juste titre selon nous, ces tâches relèvent de la guerre non conventionnelle. 

Ici, la capacité de mener une guerre non conventionnelle devrait de toute évidence incomber au Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN), mais il faudrait alors régler un certain nombre de questions. Tout d’abord, il faudrait que ce Commandement acquière une capacité bien distincte. En raison du manque de ressources, cela ne pourrait se faire qu’au détriment des capacités actuelles, notamment en donnant un rôle moins important aux unités d’action directe du Commandement. 

Ce changement pourrait être difficile. Depuis les 20 dernières années, les forces d’opérations spéciales du Canada sont centrées sur les unités d’action directe, comme la Deuxième force opérationnelle interarmées (FOI 2). En fait, la culture institutionnelle du COMFOSCAN est dérivée des opérations de lutte antiterroriste et de l’importance accordée aux actions directes. Une telle façon de penser n’est pas prête de changer, d’autant que la « guerre à la terreur » des Américains accroît la demande pour ce type de missions et, ce faisant, confirme la conception de la structure des forces qui prévaut actuellement60

La nécessité d’aligner les opérations des forces spéciales sur la nouvelle doctrine de l’armée de terre est un autre élément dont il faudrait tenir compte si l’on envisageait de se doter d’une capacité à mener une guerre non conventionnelle. Pour obtenir la coordination requise, les forces d’opérations spéciales devraient être intégrées à l’équipe des opérations terrestres, ce qui demanderait un important changement de culture pour l’armée de terre et le COMFOSCAN. Finalement, même si ce dernier se dotait d’une telle capacité, il est peu probable qu’il accepterait le type d’intégration nécessaire pour la réussite de l’entreprise. Pour les raisons susmentionnées, l’armée de terre devrait envisager de créer sa capacité à mener une guerre non conventionnelle. Elle pourrait ainsi modifier la capacité en fonction des exigences des opérations adaptables et dispersées, au lieu d’avoir à négocier l’affectation des effectifs avec les autres commandements, ce qui risque de réduire l’efficacité de ce type d’opérations. 

Conclusion

Il ne fait aucun doute que les opérations adaptables et dispersées offrent un grand potentiel et, avec quelques améliorations, elles représentent, selon nous, la voie à suivre pour l’armée de terre de demain. Cependant, dans leur forme actuelle, les concepts de base des opérations adaptables et dispersées conviennent mieux aux mesures anti-insurrectionnelles qu’aux opérations conventionnelles. Or les mesures anti-insurrectionnelles relèvent d’un concept unidimensionnel qui constitue une limitation et ne devrait pas être intégré aux Forces canadiennes de demain. Une façon de surmonter cette difficulté consisterait à créer une capacité à mener une guerre non conventionnelle qui relierait le concept de guerre combinée aux opérations adaptables et dispersées. L’armée de terre aurait ainsi plus de souplesse pour réagir aux menaces imprévues susceptibles de planer sur l’environnement de sécurité. Cette souplesse tient au fait que la guerre non conventionnelle est une capacité modulaire utilisable au sein des opérations adaptables et dispersées ou de façon indépendante pour mener d’autres opérations spéciales qui pourraient être dans l’intérêt national. Jusqu’ici, la guerre non conventionnelle n’a jamais été pleinement exploitée, même par les Américains qui l’ont initialement conçue. Peut-être en est-on arrivé au point où l’armée canadienne devrait donner l’exemple au monde. Le temps est venu de commencer à intégrer la capacité de mener une guerre non conventionnelle dans les opérations adaptables et dispersées, et de mieux intégrer les forces d’opérations spéciales dans les opérations conventionnelles au niveau tactique. Il nous suffira pour cela d’opérer un retour au futur.

Logo RMC

Un soldat

DND photo

Le major Tony Balasevicius, officier d’infanterie chevronné, est rattaché au Département des sciences militaires appliquées du Collège militaire royal du Canada.

Notes

  1. Steven Metz, « New Challenges and Old Concepts: Understanding 21st Century Insurgency », Parameters, vol. 37, no 4, hiver 2007-2008, p. 22-23. 
  2. inistère de la Défense nationale, Opérations terrestres 2021 : Opérations adaptables et dispersées – Le concept d’emploi de la force de l’Armée de terre canadienne de demain, Kingston (Ontario), Direction des concepts et schémas de la Force terrestre, 2007, p. 2.
  3. Ibid.
  4. Ibid.
  5. Ibid., p. 16.
  6. Ibid., p. 20-21.
  7. Cela tient au fait que, pour attaquer simultanément absolument tout l’espace de bataille, il faut un enchaînement plus complexe des opérations. 
  8. On pourrait rétorquer que cette idée est erronée parce qu’elle repose sur la logique de la guerre froide. La raison en est que dans les opérations simultanées qui utilisent une approche fondée sur les effets il y a une concrétion des effets. C’est vrai, bien entendu. Mais plus la force est importante, plus la zone d’attaque est vaste, plus le nombre de ressources nécessaires est élevé. C’est inévitable.
  9. Ibid., p. 21. D’après le document, de telles opérations se dérouleront lorsque « l’adversaire pourra rassembler localement plus de puissance de combat que la force dispersée. »
  10. Aux fins du présent article, les forces irrégulières sont les milices, l’infanterie légère et les forces indigènes. On peut avoir recours à des forces conventionnelles légères sur le plan tactique s’il n’y a aucune force indigène ou si celle-ci ne peut mener les opérations. Les unités conventionnelles sont des unités moyennes ou lourdes menant une guerre de manœuvre. 
  11. Thomas M. Huber (éditeur), Compound Warfare That Fatal Knot, Fort Leavenworth (Kansas) : Army Command and General Staff College Press, 2002. 
  12. Ibid. 
  13. Huber précise : « Bien que le modèle de guerre combinée présenté ici soit simple, dans l’espoir qu’il servira facilement de cadre d’analyse, le lecteur ne doit pas oublier que l’Histoire présente un grand nombre de cas de guerre combinée. Comme dans la plupart des autres domaines militaires, la théorie est simple et la réalité, complexe. Selon le modèle de guerre conventionnelle, l’un des camps utilise des méthodes de guerre conventionnelle, l’autre non. En réalité, les deux camps ont recours à des méthodes de guerre conventionnelle. Dans la plupart des cas de guerre combinée, un camp a utilisé surtout ces méthodes et l’autre camp les a utilisées uniquement quand il a pu. D’après le modèle, il existe deux types de forces, régulières ou conventionnelles et irrégulières ou de partisans. Plusieurs types de milices régionales mobiles se situent entre ces deux pôles et peuvent influer considérablement sur la capacité de l’opérateur de guerre conventionnelle. En d’autres termes, il peut exister divers types de forces intermédiaires entre les modèles de forces régulières et irrégulières présentés ici à des fins de simplicité. » Voir Ibid., p. 2-5. 
  14. Voir Gérard Chaliand, Guerrilla Strategies An Historical Anthology from the Long March to Afghanistan, Berkeley (Californie) : University of California Press, 1982, p. 1-32. 
  15. Huber explique clairement (p. 312) : « bien que le cadre analytique du concept de guerre combinée soit informatif et éclairant, ce qui est une importante caractéristique, cet ouvrage ne prétend nullement qu’il s’agit d’un modèle quantitatif ou prédictif, du moins pas en matière de méthode expérimentale scientifique. S’il permet de définir un modèle historique significatif, il ne peut servir de modèle rigide. Il doit plutôt être abordé comme un cadre souple intégrant facilement d’innombrables autres variables comme la géographie, les forces sociales, la culture, la motivation et le rôle des personnalités qui façonnent le cours et l’issue des événements. Ibid., p. 308. 
  16. Bernd Horn, Forging a Nation: Perspectives on the Canadian Military Experience, St. Catharines (Ontario) : Vanwell Publishing Limited, 2002, p. 46-47.
  17. Michael D. Pearlman, The Wars of Colonial North America 1690-1763, dans Huber, p. 39-40.
  18. Dans Huber, p. 92. L’auteur mentionne que les analystes chiffrent à environ 50 000 hommes le nombre de partisans espagnols. Même si l’on ajoute ce chiffre à la force conventionnelle de Wellington, les Français bénéficiaient d’un avantage de près de 2,2 pour 1. Voir aussi David G. Chandler, « Wellington in the Peninsula », p. 155-165; David G. Chandler, On the Napoleonic Wars, Londres (Angleterre), Greenhill, 1994, p. 156-174; et David G. Chandler, « Wellington and the Guerrillas », p. 166-180, dans Chandler, p. 172.
  19. Il faut noter que, d’un point de vue historique, la guerre combinée a souvent été utilisée par des forces plus faibles afin d’obtenir un avantage sur des armées plus fortes et plus nombreuses. Cela devrait intéresser les forces occidentales, qui réduisent leurs effectifs afin de remplacer les soldats sur le terrain par la technologie. 
  20. Max Boot, agrégé supérieur de recherche en études de sécurité nationale au Conseil des relations extérieures, présentation au House Armed Services Subcommittee on Terrorism, Unconventional Threats, and Capabilities, le 29 juin 2006. Boot explique que « les forces spéciales ont l’impression que le SOCOM préfère leur confier des raids plus spectaculaires, du type de ceux des équipes de formation et d’intervention spéciale plutôt que des missions plus discrètes, mais tout aussi capitales. » Un colonel des forces spéciales récemment retraité a écrit à l’auteur : « le problème avec le SOCOM est qu’il souffre d’un manque d’équilibre. La majeure partie du personnel de commandement et de planification est issue des forces d’action directe, qui ne savent rien de la guerre non conventionnelle. Si ces personnes manifestent un certain intérêt pour ce type d’intervention, c’est à titre de facilitateurs d’opérations d’action directe. Autrement dit, elles veulent sélectionner minutieusement les techniques mises au point pour la guerre non conventionnelle et les utiliser dans les opérations de commandos conventionnelles. »
  21. Ibid., p. 4-5.
  22. Département de la Défense, Doctrine for Joint Special Operations Joint Publication 3-0517, Washington (D.C.), département de la Défense, décembre 2003, p. 2-7. 
  23. Roy Maclaren, Canadians Behind Enemy Lines: 1939-1945, Vancouver (Colombie-Britannique) : University of British Columbia Press, 2004, p. 1-2. Le cabinet de guerre britannique a mis sur pied le Bureau des opérations spéciales le 22 juillet 1940 dans le but, entre autres, de « coordonner toute action, sous forme de subversion et de sabotage, contre l’ennemi à l’étranger. » Il n’était pas spécifiquement question de la guerre non conventionnelle.
  24. Ibid., p. 602-605. 
  25. Denis Rigden, How To Be A Spy: The World War II SOE Training Manual, Toronto (Ontario) : Dundurn Group, 2004, p. 1-3.
  26. Ibid., p. 1-2.
  27. Patrick K. O’Donnell, Operatives, Spies, and Saboteurs: The Unknown Story of the Men and Women of World War II’s OSS, Londres (Angleterre) : Free Press, 2004, p. xv.
  28. Ibid., p. xv.
  29. Ibid., p. 58.
  30. Ian Southerland, « The OSS Operations Groups: Origin of Army Special Forces », Special Warfare Magazine, vol. 15, no 2, juin 2002, p. 10. 
  31. En fait, vers la fin de la guerre, la capacité des forces d’opérations spéciales à mener des opérations autonomes de longue durée était devenue un de ses atouts. Cela était dû en grande partie au fait que, après avoir mené essentiellement des missions d’action directe de courte durée dans les premières années de la guerre, elles ont assumé des tâches plus spécialisées dont la réussite exigeait un engagement à long terme. Finalement, les missions d’action directe, qui entraînaient des pertes très élevées, ont été confiées à des forces traditionnelles très spécialisées, mais en cas de besoin elles pouvaient toujours être confiées à des unités des forces d’opérations spéciales. 
  32. The History of the 10th Special Forces Group (Airborne), p. 1, <http://www.soc.mil/SF/history.pdf> (le 10 janvier 2003). 
  33. Sam Young, « A Short History of SF assessment and Selection », Special Warfare Magazine, mai 1996, p. 23.
  34. Ian Southerland, p. 10-11. « On a ajouté un réparateur de radio à l’équipe A, car les équipes opérationnelles des forces spéciales avaient eu des problèmes avec l’équipement de communications. L’échelon supérieur dans les groupes opérationnels fonctionnait d’une manière semblable à ce qui était prévu pour l’équipe B, le détachement du district B des forces d’opérations spéciales. » 
  35. Robert M. Cassidy, « The Long Small War: Indigenous Forces for Counterinsurgency », Parameters, été 2006, p. 55-56. 
  36. Ibid.
  37. Ibid., p. 56.
  38. Ibid., p. 58-59.
  39. Ibid., p. 58-59.
  40. Ibid., p. 59-60.
  41. John T. Carney et Benjamin F. Schemmer, No Room for Error: The Covert Operations of America’s Special Tactics Units From Iran to Afghanistan, San Fancisco (Californie) : Presidio Press Book, Random House Publishing Group, 2002, p. 13.
  42. Ibid., p. 13.
  43. US Army Special Operations Support Command (SOCOM). Special Forces “A” Team Organizational Structure: Fact Sheet, <http://www.soc.mil/SF/SF_default.htm> (le 10 juillet 2005). Cette organisation – l’Afghanistan en est la preuve – fournit l’encadrement idéal pour former et diriger de petites unités opérationnelles de partisans. Lors d’opérations de guerre non conventionnelle, les forces d’opérations spéciales et les forces partisanes sont normalement appelées à exécuter des missions de reconnaissance et des missions d’action directe, mais leurs compétences peuvent varier. En fin de compte, la guerre non conventionnelle est la mission principale la plus polyvalente pour un pays.
  44. L’instruction des forces spéciales américaines comporte les phases suivantes : phase I, évaluation et sélection des membres; phase II, tactiques pour petites unités; phase III, instruction spécifique aux groupes professionnels militaires; phase IV, exercice de synthèse (Robin Sage); phase V, formation linguistique et phase VI, survie, évasion, résistance et fuite. Voir <http://www.soc.mil/SF/SF_default.htm> (10 juillet 2005).
  45. Tom Clancy et Carl Stiner, Shadow Warriors: Inside the Special Forces, New York (New York) : Penguin and Putnam, 2002, p. 132-134.
  46. Ibid., p. 132-133.
  47. Département de la Défense, Special Forces Assessment and Selection: Overview of SFAS and “Q” Course. [en ligne] <http://www.goarmy.com/job/branch/sorc/sf/sfas.htm> (14 décembre 2003). 
  48. Tom Clancy, p. 133.
  49. Ibid., p.133-134. Voir la description de la formation des candidats aux forces spéciales à <http:// www.globalsecurity.org/military/agency/army/jfksws-training.htm> (1er janvier 2005).
  50. Special Forces Assessment and Selection, p. 1-4.
  51. Ibid. 
  52. Ibid. 
  53. Ibid., voir aussi <http://www.globalsecurity.org/military/agency/army/jfksws-training.htm> (1er janvier 2005). 
  54. L. Marquis, Unconventional Warfare: Rebuilding U.S. Special Operations Forces, Washington (D.C.), Bookings Institution Press, p. 20-40.
  55. Shaw Kennedy, The Long-Range Desert Group San Francisco (Californie) : Presidio Press, 1989, p. 18-19. 
  56. Special Air Service, <http://www.specwarnet.com/europe/sas.htm> (2 février 2004).
  57. United States Special Operations Command, Capstone Concept for Special Operations, Washington (D.C.), département de la Défense, 2006, p. 6.
  58. Steven Basilici et Jeremy Simmons, Transformation: A Bold Case for Unconventional Warfare, Monterey (Californie), Naval Postgraduate School, juin 2004, p. 75. 
  59. Max Boot, présentation au House Armed Services Subcommittee on Terrorism, Unconventional Threats, and Capabilities, 29 juin 2006. 
  60. Le principal argument sera probablement qu’une puissance militaire comme les États-Unis peut doter ses forces d’opérations spéciales d’un large éventail de capacités, ce qui n’est pas le cas de plus petits pays comme le Canada. Celui-ci doit donc établir des priorités, en se basant sur le rapport qualité-prix. Une unité de guerre non conventionnelle représente la solution idéale, selon nous, car, en plus de fournir les compétences nécessaires pour mener des missions de guerre non conventionnelle, ce type d’unité peut effectuer des missions d’action directe et de reconnaissance spéciale incombant habituellement à une capacité de type Special Air Service. À ce propos, si le COMFOSCAN s’était doté d’une capacité à mener une guerre non conventionnelle au lieu d’un Régiment d’opérations spéciales, il aurait pu intégrer les meilleurs éléments de cette capacité à la force opérationnelle interarmée et, ce faisant, donner aux Canadiens une capacité « verte ». Il aurait ainsi été possible de doubler le nombre de forces d’opérations spéciales vertes, d’accroître la souplesse et d’améliorer les capacités. Les missions d’action directe peuvent être menées par l’armée de terre et les besoins en effectifs supplémentaires, comblés par des troupes de type aéroporté. Une telle mesure aurait permis de se concentrer sur l’essentiel et d’offrir une polyvalence optimale.

Un soldat canadien entraîne un soldat afghan

DND photo IS2009-1014-09 by Sergeant Paz Quillé

Un ingénieur de combat du 4e Régiment de soutien d’ingénierie, l’adjudant maître Andy Walsh, entraîne un soldat afghan, le 4 juin 2009.

Haut de la page